Tour de France

Pourquoi Arnaud Démare a chuté ?

Le Picard visait le premier Maillot Jaune du Tour mais a été pris dans une chute à 10 km de l'arrivée qui l'a privé du sprint.

Cyclisme sur route - Cyclisme sur route - Arnaud Démare et Olivier Le Gac après leur chute. (J.Pachoud/AP)

Arnaud Démare et Olivier Le Gac après leur chute. (J.Pachoud/AP)

Parce qu'il a été pris dans une chute collective

Arrivé parmi les premiers au bus de Groupama-FDJ juste derrière la ligne d'arrivée, Rudy Molard a confié que le final a été assez pénible à vivre. Il a notamment décrit «une vague» provoquée par Nairo Quintana à 3 km de la fin en percutant un terre-plein. Le type de piège dont Arnaud Démare a été la victime quelques minutes plus tôt. A 10 km de l'arrivée, une cassure a eu lieu juste devant lui dans le peloton et même s'il a pu ralentir un peu, il a été pris dans la chute collective. Plus de peur que de mal : «Tout va bien, physiquement je ne suis pas atteint», assure le Picard. Tombé au même moment, son équipier Olivier Le Gac avait mal, lui, à une cuisse.

Parce qu'il était au coeur du peloton

Arnaud Démare n'était pas placé dans les premières places du peloton, il était donc exposé à une chute collective. C'est ce que montrent les images télévisées, où l'on voit plusieurs dizaines de coureurs à l'avant, devant les Groupama-FDJ, et notamment les Quick-Step Floors qui finissaient de chasser l'échappée.

Est-ce pour autant une faute ? Non, déjà car la cassure a lieu assez haut dans le peloton, après un quarantaine de coureurs. D'ailleurs, elle a également piégé beaucoup de coureur de général. Ensuite car nous sommes alors à un peu plus de dix kilomètres de l'arrivée. Démare avait le temps d'être replacé à l'avant pour le sprint. Après sa chute, il aurait peut-être même pu recoller à la tête et se mêler au sprint final, quitte à fournir un effort violent, sauf que son vélo était trop endommagé. «J'ai pris énormément de temps pour repartir», a-t-il regretté. Résultat : Lui et Le Gac ont fini dans les quatre derniers de l'étape, à 6'23.

Parce que l'étape était ultra-nerveuse

Une étape du Tour de France est toujours plus tendue qu'une autre, enjeu de la plus grande course du monde oblige. Et la première étape du Tour est encore plus nerveuse que les suivantes, le temps de se remettre dans le bain. Alors quand en plus il n'y a pas de prologue pour donner une première hiérarchie et que celui qui gagne est assuré d'endosser le Maillot Jaune... On ne peut pas faire plus disputé comme contexte. «En plus avec les aménagements dans chaque village, c'est compliqué», rappelle Molard. C'est pour cela que du côté de Démare comme de Madiot, on ne voulait retenir qu'une chose : pas de casse. Juste «une occasion de perdue», dixit le patron, pas très prolixe. «Les jambes sont bonnes, c'est juste un manque de chance», résume le Picard.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.