Giro

Maillot rose insatiable, Simon Yates gagne à Osimo

Maillot rose depuis six jours et déjà vainqueur dimanche au Gran Sasso, le Britannique Simon Yates (Mitchelton-Scott) s'impose de nouveau à Osimo. Septième de cette onzième étape, Thibaut Pinot a perdu 18 secondes en comptant les bonifications.

Simon Yates en fait-il trop ? Quand certains leaders d'épreuves gèrent en bons épiciers leurs secondes d'avance, attendant ici un chrono, là une étape reine pour mettre leur avance sur le tapis, le jeune Britannique (25 ans) fait feu de tout bois. Et accumule régulièrement des secondes d'avance. Il en a de nouveau grapillé 6 (2 au temps et 4 de bonifications) sur le deuxième du général et de l'étape, Tom Dumoulin, et 18 (8 au temps et 10 de bonifications) sur Thibaut Pinot. Septième à Osimo, le Français reste sur le podium provistoire (le Top 8 n'a pas bougé) mais il bascule à plus d'une minute de Yates (1'04") et a concédé sur la chaîne L'Equipe que pour lui, «ce n'était pas une grande journée».

Pour gagner sa deuxième étape en quatre jours après celle du Gran Sasso d'Italia, Yates a su attaquer au meilleur moment dans un final en forme de grand huit, grêlé de bosses. Il s'est isolé en tête à 1,3 kilomètre de l'arrivée alors que le petit peloton de favoris où il se trouvait venait de reprendre Tim Wellens, lui même sorti dans le sillage de Zdenek Stybar trois kilomètres plus tôt dans un petit mur pavé. Seul Tom Dumoulin a réussi à le suivre, et encore des yeux, à une cinquantaine de mètres que le Néerlandais n'a pas pu combler. Derrière, Pinot a souffert tout en cherchant à «limiter la casse» et en arrivant dans un petit groupe mené par Alexandre Geniez, quatrième à Osimo.

Les baroudeurs ont essayé

La fin de cette étape courte (156 km) était favorable aux puncheurs mais le profil pouvait laisser croire aux baroudeurs qu'ils avaient une chance avec deux cols de troisième catégorie, le Passo Cornello (km 42) et le Valico di Pietra Rossa (km 98). D'où la présence dans l'échappée de gros rouleurs comme Alessandro de Marchi et Luis Leon Sanchez. Mais ils ont été repris à un peu moins d'une dizaine de kilomètres de l'arrivée.

«Le final était très difficile, je n'ai peut-être pas l'air content là mais je le suis. Je suis juste fatigué», a résumé Simon Yates à l'arrivée de cette 11e étape, celle du basculement dans la seconde moitié de la course, qu'il n'avait pas forcément cochée dans son agenda personnel de son propre aveu. Mais cette victoire permet au Britannique de mettre un peu plus la pression sur Tom Dumoulin, alors qu'il craint plus que tout le chrono du Trentin la semaine prochaine, et d'écrémer le classement général. Le Top 10 a ainsi vu sortir un certain Chris Froome, qui a encore perdu 50 secondes (40 au temps et 10 de bonifications) et se retrouve désormais douzième au général. Il laisse sa dixième place à Fabrio Aru, mais à plus de trois minutes du maillot rose. Très rose ce maillot.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.