Bien-être

Le régime fléxitarien : LA tendance "healthy" actuelle ?

Connaissez-vous le fléxitarisme ? Cette nouvelle tendance "healthy" qui consiste à manger moins de viande. Caroline Pesson, diététicienne-nutritionniste, vous éclaire.

Tous sports - Bien-être - Le régime fléxitarien, proche des végétariens.  ©Shutterstock

Le régime fléxitarien, proche des végétariens.  ©Shutterstock

Si les végétariens sont de plus en plus nombreux en France, les fléxitariens n'ont pas encore la même cote. Et pourtant, ils sont très proches puisque le fléxitarisme consiste à diminuer la consommation en viande, sans la bouder complètement. Caroline Pesson, diététicienne-nutritionniste, vous explique le concept.

"Végétariens à temps partiel"

Créé en 2003 aux Etats-Unis, le fléxitarisme n'a fait son apparition que dans le dictionnaire du Petit Larousse pour l'édition 2019. Un phénomène récent dans l'hexagone qui séduit pourtant de plus en plus de Français. Selon un sondage, ils seraient 27% à l'avoir adopté. Mais ça veut dire quoi concrètement être fléxitarien ? « Ils limitent beaucoup la viande sans pour autant la retirer de leur régime alimentaire. Cela correspond aux recommandations de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail), qui conseille de limiter la viande rouge à 500 g par semaine pour éviter les risques de cancers et d'augmenter les protéines végétales ». 

Pourquoi manger moins de viande ?

Bien souvent, le bien-être animal, la santé ou la démarche écologique touchent les fléxitariens. Pour remplacer la viande d'un point de vue de protéique, la spécialiste conseille de « manger des légumineuses de type lentilles, pois chiches, haricots rouges, des granulés, des féculents (sauf la pomme de terre), qui, grâce à leur acides aminés, vont permettre de créer des protéines de bonne qualité. On peut se passer de viande mais il faut être vigilant à l'apport en vitamine B12 et en fer. Un végétarien par exemple est en manque de fer héminique qui a l'avantage d'être bien assimilé par l'organisme ». 

Les sportifs, quant à eux, peuvent bien évidemment être fléxitariens mais doivent adapter leur consommation par rapport à leurs dépenses énergétiques. Les protéines à haute valeur biologique ne se stockent pas dans l'organisme. Il faut donc en manger tous les jours (poisson, oeufs, etc) en proportion de notre poids de référence !

Les légumineuses comme les lentilles peuvent remplacer la viande.  ©Shutterstock
Les légumineuses comme les lentilles peuvent remplacer la viande.  ©Shutterstock

Les avantages et les inconvénients du régime fléxitarien

Écologiquement parlant, le fléxitarisme est très correct. L'élevage des animaux semble poser problème dans la société actuelle, et notamment chez les plus jeunes, si l'on en croit Caroline Pesson. « Tout le monde a tendance a diminuer sa consommation de protéine animale mais il y a une grosse tendance chez les 15-20 ans, qui prennent conscience de la qualité de l'alimentation (même si d'autres multiplient les fast-food en tout genre). Se limiter à deux fois de la viande rouge par semaine est conseillé ! ». Être fléxitarien semblerait assurer une meilleure santé...

D'un point de vue économique, les légumes secs ou légumineuses qui remplacent la viande coûtent aussi moins cher. Vous verrez la différence dans votre porte-monnaie !

En revanche, certains peuvent avoir du mal à digérer certains légumes secs, provoquant parfois des flatulences ou des gaz malodorants. « Changer les habitudes peut aussi être déstabilisant ». Et justement, celui qui voudrait devenir végétarien peut passer par la case fléxitarien, qui pourra l'aider à passer le cap sans une rupture totale dans son alimentation.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.