Jordan la (2e) fausse retraite
issu du journal
...
Le 13 janvier, au cours d'une conférence de presse, Michael Jordan apparaît aux côtés de son épouse, Juanita, et annonce qu'il met un terme à sa carrière, quatre ans après son come-back. (John Zich / AFP)
Extra Vintage

Quand Michael Jordan annonçait sa (2e) fausse retraite

En janvier 1999, la star des Bulls annonçait pour la seconde fois qu'elle mettait fin à sa carrière. Cette fois, c'était sûr, elle ne reviendrait pas... Et pourtant.

En janvier 1999, la star des Bulls annonçait pour la seconde fois qu'elle mettait fin à sa carrière. Cette fois, c'était sûr, elle ne reviendrait pas... Et pourtant.

À cinq secondes de la fin de son dernier match avec les Chicago Bulls, à Salt Lake City le 14 juin 1998, Michael Jordan avait pris la pose pour la postérité. La dernière action, le dernier shoot, le dernier exploit de sa sixième finale victorieuse. Un tir en suspension souverain, le bras laissé ostensiblement tendu en l'air, une éternité après que le ballon est rentré. Un tir pour l'histoire, lâché après un dernier de ses « crossovers », pendant que Bryon Russell, le défenseur du Utah Jazz attaché aux baskets de « His Airness » (Sa Majesté), tentait sans succès de récupérer en même temps ses appuis et sa dignité. 87-86, série gagnée 4-2, sixième titre NBA (1), sixième titre de MVP des finales, fin de l'histoire du plus grand joueur de basket de tous les temps.

Fin de l'histoire, mais pas fin du film. Pendant plusieurs mois, les fans de basket, les journalistes, les propriétaires de franchises espèrent que la star de Nike finisse par balayer les rumeurs persistantes autour de sa retraite et annonce qu'il rempile pour une saison supplémentaire, lui qui s'était déjà arrêté en 1993 pour revenir une saison plus tard. Les Bulls et la NBA peuvent-ils laisser partir un joueur encore capable de marquer 45 points un soir de finale, même à l'âge respectable de trente-cinq ans ? Peuvent-ils se priver d'une telle machine commerciale, de celui que la légende des Lakers ,Jerry West, avait qualifié de « licence pour imprimer des billets ».

La décision que va prendre MJ s'explique essentiellement par les rapports conflictuels entre le duo qu'il forme avec Phil Jackson, l'entraîneur charismatique des Bulls, et la direction du club, le président, Jerry Reinsdorf, et le general manager, Jerry Krause. Pour mieux souder son groupe, Jackson use largement de la ficelle consistant à monter son équipe contre Krause et Reinsdorf. Volontiers tyrannique, le roi Jordan, lui, a pris Krause en grippe et ne manque pas une occasion de...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

1€ le premier mois d'abonnement*

puis 9,99€/mois sans engagement
offre valable du 1 juillet au 31 août 2018

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.