Basket NBA

Rudy Gobert : «Si je ne baisse pas mon froc pour gagner un titre, ça aura toujours plus de valeurs à mes yeux»

Interviewé par nos confrères du Journal du Dimanche, Rudy Gobert s'est dit satisfait d'avoir été sacré meilleur défenseur de NBA, évoque son prochain objectif et donne un avis tranché sur l'ère des Super Teams.

Basket - NBA - Depuis que Rudy Gobert a débarqué en NBA en 2013, il n'a pas quitté le Utah Jazz. ( Gary A. Vasquez/USA TODAY SPORTS)

Depuis que Rudy Gobert a débarqué en NBA en 2013, il n'a pas quitté le Utah Jazz. ( Gary A. Vasquez/USA TODAY SPORTS)

Rudy Gobert a été sacré meilleur défenseur de NBA sur la saison écoulée. À cette occasion et pour parler de la suite, il a donné une interview au Journal du Dimanche.

D'abord interrogé sur la saveur de ce trophée, étant donné le peu de personne qui croyaient en sa réussite en NBA, le pivot d'Utah (26 ans) explique son ressenti : «J'ai souvent entendu que je ne serais jamais mieux qu'un joueur de banc. C'est dans la nature humaine de douter, encore plus en France, mais moi je m'en nourris. J'adore faire mentir les sceptiques, encore aujourd'hui ça reste un moteur. Cette distinction a toujours été un objectif, je pensais la mériter l'an passé et elle m'était passée sous le nez. Et puis ça représente plus qu'une satisfaction individuelle. On est dans un sport d'équipe et c'est important pour moi d'aider mes partenaires à être plus durs en défense».

«Si je ne baisse pas mon froc pour gagner un titre, ça aura toujours plus de saveur à mes yeux. Tant pis si je n'en remporte aucun»

Prochaine étape pour le Français formé à Cholet : «Devenir All Star, ce serait cool. J'avais une petite chance cette saison mais les blessures m'ont fait rater trop de matches. Je sais aussi qu'à Utah je suis sur un petit marché, moins exposé. Le sport étant aussi basé sur les fans, les médias, je dois faire plus que d'autres pour obtenir des récompenses».

Enfin, le joueur est sondé sur cette ère des Super Teams dans lesquelles des stars rejoignent des équipes déjà très fortes. La réponse fuse : «Une bague de champion c'est magnifique, mais la manière d'aller la chercher compte aussi. Si je ne baisse pas mon froc pour gagner un titre, ça aura toujours plus de saveur à mes yeux. Tant pis si je n'en remporte aucun. [...] C'est un choix e facilité que je ne ferais pas forcément, juste parce que j'ai trop de fierté».

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.