Basket NBA

Houston se relance contre Chicago, un héros inattendu pour les Clippers

Sans James Harden, l'un des favoris au trophée de MVP, Houston a repris sa marche en avant contre Chicago (116-107) lundi. Champion en titre, Golden State s'est encore reposé sur Stephen Curry pour venir à bout de Denver (124-114), tandis que C. J. Williams, passé par Dijon, a offert la victoire aux Clippers contre Atlanta (108-107).

Basket - NBA - Au chômage au début de la saison, Green renaît sous le maillot des Rockets. (Gary Dineen/NBA/Getty Images)

Au chômage au début de la saison, Green renaît sous le maillot des Rockets. (Gary Dineen/NBA/Getty Images)

Le chiffre : 20/54 à trois points pour les Rockets

Après son coup de mou du mois de décembre (cinq défaites de suite), Houston a abandonné la première place de la conférence Ouest à Golden State et se voit désormais contraint de faire sans son meilleur joueur, James Harden, dont l'absence pourrait s'étendre à six semaines. La partie ne s'annonçait pas gagnée d'avance sur le parquet de Chicago (116-107), même privé de Nikola Mirotic, et si Chris Paul a vite permis aux Rockets de prendre le large dans le premier quart-temps (+21), les Bulls n'ont pas abdiqué, comblé leur retard et même pris l'avantage au retour des vestiaires.

Sous l'impulsion de Paul (24 points, 9 passes) et Gerald Green (22 points), la belle surprise de l'hiver (23,7 points de moyenne en janvier), Houston a réagi sans tarder et misé sur les tirs longue distance (20/54) pour ne pas repartir bredouille du United Center. Trevor Ariza en a réussi six (18 points), Eric Gordon (24 points) et Green quatre chacun. Clint Capela a lui beaucoup pesé dans la raquette et signé son vingtième double-double de la saison (15 points, 16 rebonds, 2 contres).

La perf : cinq à la suite pour les Warriors

Nikola Jokic a eu beau s'offrir son premier triple-double de la saison (22 points, 12 rebonds, 11 passes), Golden State était trop fort pour Denver (124-114) lundi, à Oakland. Sans Kevin Durant, forfait pour le troisième match de suite en raisons de douleurs à un mollet, les Warriors n'ont pas eu la tâche facile et ont dû attendre le dernier quart-temps pour se détacher au score, grâce notamment aux efforts de Draymond Green (23 points, 10 passes, 5 rebonds, 3 contres). Ils viennent d'aligner cinq victoires depuis le retour de blessure (cheville) de leur double MVP, Stephen Curry, encore brillant à l'Oracle Arena (32 points à 9/17, 9 passes, 4 rebonds).

Le héros inattendu : C. J. Williams offre la victoire aux Clippers

Tantôt brillants, tantôt désespérants cette saison, les Clippers (9es) sont pour l'instant aux portes des play-offs à l'Ouest, et ils n'avaient pas le droit à l'erreur contre le cancre de la conférence voisine, Atlanta (108-107), lundi, qui plus est à domicile. Sans Blake Griffin, victime d'une commotion cérébrale contre les Warriors samedi, Patrick Beverley, Danilo Gallinari ni Milos Teodosic, quatre de ses cinq titulaires le soir de la reprise, la franchise californienne s'est reposée sur Lou Williams (34 points), DeAndre Jordan (25 points, 18 rebonds) et... C. J. Williams, détenteur d'un «two-way contract», pour refaire son retard dans les deux dernières minutes. Passé par Dijon, l'arrière de 27 ans (15 points) a marqué le panier de la victoire à trois points et neuf secondes du terme.

La frayeur : plus de peur que de mal pour Davis ?

Anthony Davis est fragile, on le sait, et l'intérieur des Pelicans a encore été contraint de quitter le parquet prématurément contre Detroit (112-109) lundi, après s'être foulé la cheville droite dans le troisième quart-temps. Si les premiers examens ont a priori été rassurants, New Orleans a dû faire sans son meilleur joueur (30 points, 10 rebonds) pour une fin de match à suspense contre les Pistons. Brillant depuis le début de la saison mais en retrait avant la sortie de Davis, DeMarcus Cousins a alors pris les choses en main (16 de ses 20 points dans les 17 dernières minutes), bien épaulé par Rajon Rondo (12 points, 15 passes) et Jrue Holiday (14 points). New Orleans est huitième et dernier qualifié virtuel pour les play-offs à l'Ouest.

Le joueur : Davis Bertans sur un nuage avec les Spurs

Encore privé de Kawhi Leonard (épaule) lundi, à Sacramento, Gregg Popovich a aussi choisi de laisser souffler Manu Ginobili, et Davis Bertans a saisi sa chance en sortie de banc : en réussissant six de ses neuf tirs à trois points (28 unités au total, un record pour lui en NBA), dont trois dans les six dernières minutes, le Letton a joué un rôle déterminant dans la courte victoire des Spurs (107-100), qui comptaient encore cinq points de retard (90-95) à quatre minutes de la fin. Notons aussi les 31 points et 12 rebonds de LaMarcus Aldridge, vraisemblablement résolu à en montrer plus en cette nouvelle année (27,7 points et 11,3 rebonds de moyenne en janvier).

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.