Bosse, retour sur une nuit sombre
avant-première abonnés
...
Le parking du casino de Gujan -Mestras, où a eu lieu l'altercation entre Pierre-Ambroise Bosse et un autre client des lieux, dans la nuit du 26 au 27 août 2017. (N. Luttiau/L'Equipe)
Athlé

Pierre-Ambroise Bosse, la nuit où tout a basculé...

Dans la nuit du 26 au 27 août dernier, Pierre-Ambroise Bosse, champion du monde du 800 m, est agressé. Nous avons remis un peu de lumière sur cette rencontre impromptue entre un athlète et un ancien rugbyman amateur.

Dans la nuit du 26 au 27 août dernier, Pierre-Ambroise Bosse, champion du monde du 800 m, est agressé. Nous avons remis un peu de lumière sur cette rencontre impromptue entre un athlète et un ancien rugbyman amateur.

La nuit, tous les avinés sont gris. Une claque qui s'égare. Une Desperados qui vole. Un poing de rugbyman qui s'enfonce dans un cartilage. Les échanges forment et déforment la jeunesse, au bout de la nuit. En patois bordelais, on dit «chacailler», chercher des histoires. La mêlée mal ordonnée, dansée dans les halos pâles d'un parking glauque, aurait pu rester tapie dans le vague, souvenir ombré d'une nuit d'été. Mais l'homme déboulonné par le poing, gît à terre amoché et sanguinolent, pommettes et mâchoire fracturées, œil abîmé.

Il faudra le réveiller et le retaper à l'hôpital du côté du Pyla, en Gironde. L'homme, Pierre-Ambroise Bosse (25 ans), est célébré depuis une nuit du 8 août qui l'a sacré champion du monde du 800 m, ça ne peut pas aider à la discrétion. « Évidemment que le procureur est plus à même de déclencher une commission rogatoire, souffle un enquêteur devant le commissariat bleu et jaune de Gujan, c'est du même tonneau que le fils Sarkozy et son scooter...»

Pas de papier, pas d'entrée au Casino : Bosse devra aller dépenser et se dépenser ailleurs

Quelques jours après, le frappeur est en garde à vue. Le temps du rabibochage est envisageable. À y regarder de plus près, les deux protagonistes se reconnaissent, ils fréquentèrent la même école, ils n'ont qu'un an de différence. Depuis ils ont cheminé. Pierre-Ambroise Bosse, PAB, est champion. Antoine (nous avons changé son prénom) essaie de se trouver un avenir. Les deux se reconnaissent, mais PAB ne se reconnaît pas vraiment : sale gueule, le beau mec. Une main, calmée, se tend : «Sans rancune ?» L'autre se refuse : «Tu déconnes ou quoi ?» Les destins d'Antoine et PAB sont définitivement contraires.

Souvent l'ennui nocturne des fêtards du bassin échoue dans la zone du lac de la Magdeleine. Les toboggans de l'Aqualand s'érigent en spectres endormis. Des lampadaires blafards se prennent pour des lucioles aphasiques. Les néons du Casino, eux, scintillent quasi 24 heures sur 24. Une allée de palmiers implantés, bordée d'une plage sans mer, conduit aux tables de jeu. Pierre-Ambroise Bosse est un adroit manipulateur de cartes. Il apprend la prestidigitation. Il a emprunté la Chevrolet blanche automatique du paternel. Il trimballe un pote, recroisé un peu plus tôt. Pour jouer, il faut passer par la case guichet. Au mur, un tableau de Churchill, cigare au bec, invite à la persévérance : «Ne jamais céder». Bras croisés, doré à la peinture, un Bouddha statufié y propose la sagesse. Il n'y aura ni audace ni modération. Pas de papiers, pas d'entrée. Il devra aller...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

1€ le premier mois d'abonnement*

puis 9,99€/mois sans engagement
offre valable du 1 juillet au 31 août 2018

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.