Parapente

Stage d'initiation au parapente : prenez votre envol cet été !

Comme Icare, vous avez toujours rêvé de voler ? Il existe une multitude de stages de parapente accessibles à tous en France. Profitez de cet été pour prendre votre envol !

Tous sports - Frédéric Le Ruyet - Le parapente permet de profiter notamment, de vues imprenables. (Cyril Dercheu/D.R)

Le parapente permet de profiter notamment, de vues imprenables. (Cyril Dercheu/D.R)

La pratique du parapente s'inscrit sous l'appellation du « vol libre ». Aucun certificat ou brevet ne vous sera demandé au décollage. Cependant, voler n'est pas une activité anodine. Vous quittez votre statut de terrien pour convoiter le monde céleste, ce n'est pas rien. C'est une responsabilité à honorer. Humilité et respect face à Mère Nature sont de vigueur. Pour acquérir votre autonomie et un maximum de liberté, les écoles de parapente vous proposent des stages de formation tout au long de votre progression.

Le stage d'initiation

La première étape pour prendre son envol est le stage d'initiation. Vous y apprendrez les bases techniques et théoriques indispensables à la pratique du parapente jusqu'à votre premier vol solo. En moyenne, un stage d'initiation dure cinq jours, selon les écoles et les conditions, il est possible que le format change.

 - La découverte du matériel 
 Votre matériel de parapente est votre compagnon de route, votre meilleur ami, votre ange gardien. Il faut le connaître, le comprendre, le bichonner... Au premier jour du stage d'initiation, vos moniteurs vous remettent un équipement adapté à votre morphologie, à savoir : une voile, une sellette, un parachute de secours, un casque et une radio. Vous découvrez alors la terminologie du parapente et le pourquoi du comment ça vole. Une étape primordiale pour la suite du stage... Il faut savoir parler parapente ! Voici un petit exemple du vocabulaire de la semaine : bord d'attaque, bord de fuite, stabilo, extrados, intrados, suspentes, ventrale, aiguille de secours...

  - La pente école : la prévol et le gonflage 
 Du premier jour à votre mille et unième vol, le gonflage est la clé de votre progression en parapente. On ne fait pas de crêpe sans casser des oeufs, on ne vole pas sans gonfler sa voile ! Et pour continuer dans les expressions désuètes, comme on fait son lit, on se couche, « la prévol », (les étapes de vérification indispensables avant de décoller) est et sera toujours la première étape de tous vos vols. Si cela peut être frustrant dans l'excitation du grand vol, une bonne séance de gonflage vaut bien des heures en l'air. Lors de votre initiation en pente école, vous découvrez votre voile, les différentes phases du décollage, la sensation de portance, la prise de décision... Toutes les étapes pour prendre votre envol.

 - Les cours théoriques 
 Retour sur les bancs de l'école ! Le parapente est une pratique qui dépend de nombreux facteurs naturels et mécaniques, le savoir, c'est le pouvoir ! Lors de votre stage, des cours théoriques accompagnent la pratique. Pourquoi ça vole ? Ou pas ? Des principes d'aérodynamiques et mécaniques à la météo et l'aérologie, en passant par les techniques d'approche pour l'atterrissage, on vous donne les clés de base pour pouvoir analyser vous-même les conditions et votre vol.

Vol de La Forclaz au-dessus du Lac D'Annecy. (Cyril Dercheu / D.R)
Vol de La Forclaz au-dessus du Lac D'Annecy. (Cyril Dercheu / D.R)

 - Le biplace pédagogique 
 Un outil optionnel dans l'apprentissage, il peut être la simulation d'un premier vol et permet une visualisation de l'espace de vol et de la gestuelle de pilotage dans l'objectif de votre envol seul.

 - Les premiers grands vols 
 Ça y est, vous y êtes, votre prévol est faite, le moniteur face à vous, radio en main, vous allez voler seul dans des conditions adaptées. Pour cette grande première en solo, vous êtes bien sûr accompagné du début à la fin du vol par votre moniteur. Mais l'idée n'est pas d'exécuter bêtement les consignes, il faut repérer les signes, analyser les conditions, comprendre ses sensations, et bien sûr admirer la vue. Respirez, vous volez !

 - Les exercices en vol 
 Selon les conditions, vous aurez l'occasion de faire plusieurs « grands » vols lors de votre stage d'initiation dans l'objectif d'acquérir le plus d'autonomie possible. Votre moniteur pourra aussi vous faire faire des exercices en vol tels que le pilotage à une main, la localisation de la poignée de secours, du roulis ou encore du tangage.

 - Le bilan 
 En fin de stage (souvent autour d'un verre et/ou d'un bon repas) vous débriefez de la semaine : vos sensations, votre approche de la pratique, vos envies, vos appréhensions... Le moment de revenir sur certains doutes et de poser toutes vos questions pour la suite...

Séance de gonflage en Haute-Tarentaise. (Romain Raisson-Darentasia Parapente/D.R)
Séance de gonflage en Haute-Tarentaise. (Romain Raisson-Darentasia Parapente/D.R)

Et maintenant ?

Vous êtes piquousés ? Vous rêvez, pensez, mangez parapente ? Gardez toujours à l'esprit que le parapente est une pratique qui demande du temps et du sang froid pour une évolution en toute sécurité. Ne brûlez pas les étapes au risque de vous brûler les ailes. Pour progresser, il n'y a pas de secret, il faut pratiquer. Achetez votre matériel à l'issue d'un stage d'initiation n'est pas une obligation. Mais si vous êtes décidez à continuer, cela facilitera votre progression.

Votre école pourra vous aider à trouver le bon matériel adapté à votre niveau. De là, vous pourrez consommer sans modération les terrains de gonflage ! Et même aller faire des petits « plouf » dans des conditions adaptées.

Si vous n'avez pas l'occasion de gonfler régulièrement et de faire des vols du matin, ou si vous ne vous sentez pas prêt, il est recommandé d'enchaîner ou de reprendre sur une stage « progression » pour acquérir un maximum d'autonomie. Vous gagnerez alors en confiance. Ce stage est aussi le bon moyen d'acquérir une première expérience en vol thermique.

Le SIV

Vous avez votre matériel, vous volez régulièrement, vous êtes autonome sur des sites connus et sur des sites nouveaux, vous commencez à tenir en l'air et vous cherchez les thermiques... Peut-être est-ce là le moment de votre premier stage SIV (Simulation d'Incidents en Vol) ?

Si cela peut faire peur dans un premier temps, les stages SIV sont accessibles à tout pilote autonome au décollage et à l'atterrissage. Cette formation est un réel bénéfice pour progresser, perfectionner votre technique, comprendre les réactions de votre aile et agir en conséquence. L'idée n'est pas de se mettre en « vrac » ou de se faire peur mais d'acquérir des techniques de pilotages pour rester maître de sa voile en toutes circonstances.

Durant ce stage, le programme est individualisé pour chaque pilote. Chaque vol est filmé et analysé en fin de journée et accompagné de cours théoriques. Les stages SIV se déroulent sur des lieux spécifiques et sécurisés au-dessus d'un plan d'eau.

Le Lac d'Annecy est l'un des sites phares pour les stages SIV. (Flyeo Parapente Doussard / D.R)
Le Lac d'Annecy est l'un des sites phares pour les stages SIV. (Flyeo Parapente Doussard / D.R)

Cross ou accro ?

Quel parapentiste êtes-vous ? Envie de sensations fortes ou de parcourir le monde ? Complétez votre formation selon vos envies ! Vous pouvez aussi avoir envie de faire des vols tranquilles après le boulot et il n'y a aucune honte à cela ! Sinon, des stages « cross » ou « accro » vous permettront de progresser, travailler des manoeuvres, améliorer votre pilotage en turbulence, gérer les transitions...

Ces stages sont à destination des pilotes confirmés, un stage SIV au préalable est recommandé et peut être demandé par le centre de formation.

Après quelques stages... Tim Alongi dans le Beaufortain. (John Stapels-Red Bull Content Pool / D.R)
Après quelques stages... Tim Alongi dans le Beaufortain. (John Stapels-Red Bull Content Pool / D.R)

Le « vol montagne » ?

Peut-être avez-vous croisé ces derniers temps en montagne ces étranges spécimens, traileurs au premier abord mais avec un sac un tantinet trop gros pour ne contenir que des graines et de l'eau... Un parapentiste alors ? Le dernier que vous avez croisé en train de faire du stop avait plus le look d'une tortue Ninja ou d'une tente Quechua... Et bien ni oui, ni non ! Le vol rando, dit le « hike and fly », est la nouvelle tendance en montagne. Liberté absolue, allez où vous voulez, décollez, volez, atterrissez et recommencez !

Une pratique aujourd'hui accessible à tous grâce à l'évolution entre autres du matériel et les formations adaptées à cette discipline. Nul besoin d'être un alpiniste ou un parapentiste d'exception, il vous faut de bonnes chaussures et un kit vol rando : une voile monosurface, une sellette ultra-light, un secours, un casque et une petite laine pour la descente, le tout pour environ 4kg. Longtemps considérée comme une pratique pour un public averti, aujourd'hui, vous pouvez vous initier au parapente monosurface sans aucune pratique ou connaissance du parapente. A Doussard, au bout du Lac d'Annecy, Fabien Blanco et l'école Flyeo sont les premiers à proposer des stages monosurface pour les néophytes. Marcheurs, traileurs, grimpeurs ou alpinistes vous avez à présent une autre option pour la descente !

Décollez léger ! (Flyeo Parapente Doussard / D.R)
Décollez léger ! (Flyeo Parapente Doussard / D.R)
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.