Surf

Tessa Thyssen : « C'est trop facile de s'afficher en bikini »

En marge du Martinique Surf Pro 2018, Tessa Thyssen s'est muée en porte-parole de ces athlètes femmes qui peinent à trouver des sponsors, jugées pas assez jolies par les marques. Une pratique courante chez les surfeuses professionnelles.

Surf - Surf - Tessa Thyssen, lors de l'étape du Barbados Surf Pro (WSL / D. Poullenot)

Tessa Thyssen, lors de l'étape du Barbados Surf Pro (WSL / D. Poullenot)

Ses propos ont fait l'effet d'une petite bombe dans le milieu du surf. Tessa Thyssen, championne du monde junior en 2015, a déclaré au quotidien France-Antilles Guadeloupe que « beaucoup de sponsors se basent sur la beauté et sur les formes de la surfeuse, et non sur son niveau », trouvant cela « triste pour celles qui se donnent à fond ». 

Un sujet qui avait déjà fait polémique en 2016, alors que la Brésilienne Silvana Lima avait du se lancer dans un élevage de bouledogues français afin de financer sa carrière professionnelle.

Instagram, clé de voûte des contrats de sponsoring

L'image renvoyée par certaines surfeuses professionnelles est parfois ambivalente. Entre photos sportives et shooting sexy, il est compliqué d'identifier clairement la visée de certaines publications sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, rares sont les athlètes qui ne sont pas présents sur Instagram. La plateforme offre une visibilité très importante aux marques, qui n'hésitent pas à exercer des pressions sur les athlètes, afin d'obtenir la publicité la plus attractive possible...

Tessa Thyssen a vu sa relation avec son ancien sponsor se dégrader. « Nous avons eu un désaccord par rapport à la publicité, explique-t-elle, je n'utilisais pas Instagram comme ils l'attendaient. » Une utilisation modérée des réseaux sociaux, qui a inévitablement mené à la rupture du contrat qui les liait. « Mon sponsor m'a expliqué que c'était plus intéressant pour eux de rémunérer une surfeuse qui a 28 000 abonnés, afin qu'elle publie dix photos d'elle, plutôt que de me soutenir à l'année, avec mes 7 000 abonnés », détaille la surfeuse. « Si tu t'affiches en maillot de bain sur les réseaux sociaux, tu auras plus de likes, plus de followers... Les marques recherchent des influenceurs, des personnes ayant un fort impacte sur les réseaux sociaux », poursuit Tessa Thyssen. Les performances sportives sont ainsi mises de côté, pénalisant nombre d'athlètes talentueuses. 

Le compte Instagram de Tessa Thyssen.    (D.R)
Le compte Instagram de Tessa Thyssen.    (D.R)

Suite au passage du cyclone Irma sur son île de Saint-Barthélémy, la surfeuse perd un de ses sponsors principaux (OceanCulture). C'est à ce moment-là que son autre partenaire financier lui fait subir des pressions. « On m'a fait comprendre qu'on allait réduire mon contrat, même si c'est interdit », raconte Tessa. Paniquée, elle leur explique la nécessité de ce contrat afin de financer la fin de sa saison. Sous la menace, elle accepte d'adapter ses publications sur Instagram aux attentes des responsables de la marque, dans l'espoir qu'on « rétablisse son (mon) contrat ». En vain.

Proche de s'engager avec un nouveau sponsor il y a peu de temps, Tessa Thyssen s'est finalement fait doubler par une athlète avec qui elle était en concurrence. « La seule chose qui nous différencie, c'est qu'elle a une meilleure image et plus de followers sur Instagram », déplore la surfeuse. 

« Nous ne sommes pas des objets de mode ! »


Tessa Thyssen, comme beaucoup d'autres surfeuses, souffre d'un manque de reconnaissance de ses performances sportives aux yeux des marques. « Le surf est un sport. Pratiqué au haut niveau, il fait des surfeuses professionnelles des athlètes. C'est ce que nous sommes, non pas des objets de mode !, s'exclame-t-elle. C'est décourageant, parce que c'est trop facile de s'afficher en bikini sur les réseaux sociaux, afin d'obtenir des followers et l'attention de gros sponsors. N'importe qui peut le faire. »

Lassée de ces agissements qui « dévalorisent l'image de la femme » selon elle, la surfeuse de Saint-Barthélémy a fait le choix de travailler avec des sponsors qui la respectent, et qui utilisent son image pour ses « valeurs » et ses « objectifs ». 

« J'ai l'impression que beaucoup de monde commence à prendre conscience des injustices que l'on subit. J'espère que les mentalités vont évoluer, afin que nous soyons considérées comme de véritables athlètes et non comme un simple support publicitaire » conclut Tessa Thyssen.

Le chemin est encore long avant que ces distinctions physiques disparaissent, et permettent aux seules performances sportives d'être récompensées.

Service : Grâce à Zalando Privé profitez des grandes marques 75% moins cher ! 

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.