Ski

Comment les stations de montagne préparent leur saison d'hiver ?

Une station ouverte, c'est comme un gros parc d'attraction qui apporte du loisir à un tas de gens. Mais pour en arriver là, il y a toute une dynamique à mettre en place et plein de petites fourmis qui s'activent en coulisses.

Ski - Ski - comment les stations préparent leur saison d'hiver ? (shutterstock/D.R)

comment les stations préparent leur saison d'hiver ? (shutterstock/D.R)

Derrière une station, ce sont des milliers de gens à votre service

Une caisse pour acheter un forfait, des remontées mécaniques, des pistes entretenues, des pisteurs qui veillent à la sécurité du domaine, des restaurants, des commerces et des logements. Voilà le minimum syndical que demande le consommateur lambda qui monte en station pour s'adonner aux joies des sports d'hiver. Et rien que pour pouvoir fournir ces quelques services de base, il faut une sacrée organisation derrière.

Une station, c'est avant tout une grosse administration où cohabitent les remontées mécaniques, l'office du tourisme et la mairie. Ces trois entités sont les rouages principaux qui vont chapoter tout le mécanisme qui permettra aux gens d'aller skier. Première chose importante à maîtriser, les ouvertures. Les stations se doivent d'être réalistes dans les dates qu'elles annoncent, de s'adapter aux conditions et de maîtriser leur communication. Internet a passablement facilité les choses. Une station comme les 7 Laux peut se permettre d'annoncer une préouverture de dernière minute en cas de chutes de neige précoce. Courchevel organise chaque année une première journée où le forfait est gratuit. Ce sont des opérations de communication dans le but de séduire sa clientèle dès le début de saison. Et ça marche. Dans les mauvais cas, les stations doivent annoncer qu'elles n'ouvriront pas à cause du manque de neige. Et pour trancher, les décideurs doivent peser l'enjeu économique et faire face à la réalité des conditions. Ca a été le cas avec les 2 Alpes qui n'ont pas ouvert le glacier cet automne pour ne pas mettre en danger leurs clients malgré le manque à gagner désastreux pour toute la station qu'entraîne une telle décision.

Une station doit définir sa politique

Pour préparer correctement une saison, il faut donc des gens compétents qui connaissent leur dossier et savent faire la part des choses. Trouver l'équilibre et contenter tout le monde est souvent une équation complexe, surtout dans un système où l'économie est autant dépendante des imprévues de la météo.

Pour préparer sa saison, une station doit définir sa politique. Là encore, c'est en haut lieu que ça se discute. Selon l'image qu'elle veut donner, une station aura des offres et un programme évènementiel adaptés. Si elle se veut familiale, elle va privilégier les activités pour les enfants. Si elle vise les tours operators étudiants, elle va organiser un festival de musique. Elle veut avoir une image sportive ? Elle va miser sur les compétitions. Si elle se veut huppée, elle sera le lieu d'événement mondain. Tout est question de cohérence. Ce n'est pas un hasard si Megève accueille un jumping international, la Meije organise un derby depuis 30 ans et Val Thorens clôture sa saison avec une station remplie de Néerlandais.

Les appareils sont révisés et changés si besoin. (Shutterstock/L'Equipe)
Les appareils sont révisés et changés si besoin. (Shutterstock/L'Equipe)

Les remontées mécaniques et les snowparks ne sont pas en reste

Mais pour que ces stations puissent mettre en application leur politique préparée en amont, il faut tout un tas de corps de métiers qui œuvrent pour que tout se passe comme prévu. Chaque remontée mécanique doit être gérée par des employés compétents. Ils doivent être formés et les appareils sont révisés et changés si besoin. Les pisteurs ont besoin de connaître parfaitement leur terrain pour garantir la sécurité des clients. Comme les contrats sont saisonniers, c'est souvent un casse-tête pour combler certains postes suite à des désistements de dernière minute. Prenons l'exemple du snowpark de Chamrousse, qui peu de temps avant son ouverture, s'est vu contraint de remplacer deux membres de son équipe, partis vers d'autres horizons. Heureusement que les vocations de shapeurs de snowpark ne manquent pas. Une fois l'équipe en place, il y a de la marge entre la préparation et l'ouverture du snowpark. Car avant de tailler de beaux modules, il faut installer les matelas de sécurités, sortir les rails, enlever la rouille, faire l'inventaire des outils... Toute la partie cachée de l'iceberg qui est bien moins drôle que l'image de plaisir que renvoie un snowpark.

Pour chaque profession, cette partie mise en place est rébarbative mais essentielle. On a demandé à Lionel, skiman dans un magasin de sport d'une grande chaine bien connue à Vars, de nous parler de son emploi du temps de début de saison. Le gros de l'activité de son employeur étant surtout la location, il prend son service quelques temps avant que la station n'ouvre pour faire l'inventaire du parc de location. Et s'il y a des trous dans les semelles des skis et des carres pas assez affutées, c'est le moment de réparer tout ça. « C'est pénible mais il faut le faire à ce moment-là, sinon on se retrouve vite débordé dans la saison ».

Les restaurateurs et les hôteliers et la grande messe de l'inventaire

Les chauffeurs de dameuse eux aussi passent en revue leur machines, histoire d'être opérationnels pour aplatir et soulever des tonnes de neige pendant la saison. Ils commencent leurs travaux avant l'ouverture des pistes. Si la neige est naturelle, ils se chargent de l'étaler de façon homogène et de combler les trous. Si c'est de la neige à canon, ils dispersent les gros dômes de neige qui serviront à colorier les pistes malgré un temps sec. Certains ne perdent pas la main hors saison et font aussi parfois des travaux de terrassement, afin d'améliorer le relief des pistes.

Les restaurateurs et les hôteliers eux aussi se livrent à la grande messe de l'inventaire pour accueillir comme il se doit les flots de touristes. Pour Marion qui travaille dans un restaurant sur les pistes à Avoriaz, l'important c'est de surtout de « bien se reposer avant, car quand la saison commence, on a un rythme de fou ». Et en effet, certains restaurants de pistes pendant les vacances n'ont rien à envier au taux de fréquentation des plages de la Côte d'Azur en été, donc il faut être en forme pour tenir le rythme.

Les restaurateurs et les hôteliers eux aussi se livrent à la grande messe de l'inventaire pour accueillir comme il se doit les flots de touristes (Shutterstock/D.R)
Les restaurateurs et les hôteliers eux aussi se livrent à la grande messe de l'inventaire pour accueillir comme il se doit les flots de touristes (Shutterstock/D.R)

Même si les vacanciers ne voient parfois que l'aspect ludique, une station est une vraie petite société qui a besoin d'un tas de profils variés pour exister. Pour son équilibre, le boulanger, le médecin, le serveur et le prof de ski ont tous un rôle important à jouer dans cet écosystème. Cette faune se prépare de son mieux pour réussir sa mission saisonnière mais même avec toute la meilleure organisation du monde, les stations restent dépendantes de la neige et des températures (trop chaud, pas de canon à neige). Heureusement cette année, ça débute vraiment bien. Beaucoup de dates d'ouvertures ont même été avancées, alors que c'était plutôt l'inverse les deux derniers hivers. De bonne augure pour une belle saison pleine de neige et de beaux projets partout en France. On souhaite une bonne mise en place à toutes les stations françaises qui, on l'espère, sauront gérer au mieux la neige et les touristes tout au long de la saison.

Pensez à respecter la signalisation des pistes

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.